La prise de décision

La prise de décision, un facteur humain à bien considérer

La prise de décision intervient à la fois dans deux domaines me concernant professionnellement : le management et la gestion des risques. Tout d’abord le management, puisque manager c’est prendre un certain nombre de décisions, et que ces décisions devront s’appliquer à moi même tout autant qu’aux professionnels que j’encadre que ce soit de manière fonctionnelle ou hiérarchique. Enfin en gestion des risques nous sommes régulièrement amenés à évaluer des risques, à choisir des actions correctives, ou à nous intéresser aux raisons qui ont poussé un individu à prendre une décision qui a amené à un incident.

Le processus de prise de décision

Implication de la prise de décision dans un événement indésirable

Lorsqu’une erreur à lieu lors de la prise d’une décision il est intéressant de décomposer les différentes étapes du processus de prise de décision pour mieux comprendre ce qui n’a pas fonctionné de manière optimale.

schéma des étapes du processus de prise de décision

Un processus en 4 étapes :

  1. On voit ici rapidement que la première étape fait appel à nos sens, à notre perception sensorielle de la situation. Or nos sens peuvent nous tromper, il existe de nombreuses expériences qui montrent comment nos sens nous induisent en erreur.
  2. Ensuite nous devons analyser ce que nous avons perçu. Notre analyse sera entre autre influencée par le contexte (ex : stress du à la pression temporelle) et par le fait que nous essayons de comparer ce que nous avons perçu aux schémas déjà existants dont nous disposons et que l’on a importé dans notre mémoire de travail. Or il se peut que nous choisissions un modèle qui ne corresponde pas à la situation ou que nous ne disposions d’aucun modèle comparable. On peut alors se retrouver à cette étape avec une conscience de la situation qui n’est pas conforme à ce qu’est réellement la situation.
  3. Nous passons ensuite à l’élaboration de différents projets d’action, de différentes stratégies pour répondre au problème que nous pose la situation.
  4. Puis enfin nous prenons une décision. Celle-ci sera basée sur les trois étapes précédentes, et si une de ces étapes s’avère défaillante la décision a de grandes chances de ne pas être la bonne et l’action ne sera pas appropriée.

 

Il y a beaucoup d’éléments qui peuvent amener à une décision inappropriée : erreur de perception sensorielle ou méconnaissance de certaines données (d’ailleurs on ne connaît jamais parfaitement toutes les données lors de la prise d’une décision, surtout dans un système complexe), mauvaise analyse, pas de schéma utilisable en mémoire, mémoire de travail perturbée par une interruption de tâche, etc.

Ce que l’on peut retenir de cela c’est que notre décision à un instant t dépend :

  • de l’environnement (conditions externes),
  • des conditions dans lesquelles vous vous trouvez, des éléments dont vous avez la connaissance (et de ceux que vous ignorez consciemment ou non),
  • des modèles dont vous disposez pour les comparer avec la situation.

 

La pensée utilitariste et ses exemples à l’hôpital

Importance des conditions environnementales lors de la prise de décision.

Une des manières d’envisager la prise de décision, et on parle ici d’une décision qui va demander un compromis entre plusieurs évolutions de la situation, est d’évaluer les conséquences de chacune et de choisir la meilleure (ou la moins mauvaise), on peut parler ici de conséquentialisme.

Si l’on se place à l’étape 3 du processus de décision vu plus haut, nous avons élaboré les différentes stratégies d’action possible pour une problématique. A présent nous devons utiliser un référentiel pour trier, pondérer, bref évaluer les unes par rapport aux autres ces différentes stratégies de passage à l’action et enfin prendre une décision.

Ces deux vidéos portent sur une expérience de pensée. Elles nous permettent de comprendre à quel point la prise de décision est à regarder dans sa globalité. Une décision ne doit pas être déconnectée de l’environnement dans lequel elle a été prise. Lorsque l’on réalise l’analyse systémique d’un événement indésirable il est très important d’aller rechercher les conditions dans lesquelles se sont produits les événements ainsi que ce qui a poussé certains acteurs vers une décision plutôt qu’une autre.

 

Il est intéressant d’explorer également les deux autres grandes éthiques téléologiques qui fournissent elles aussi un référentiel et un angle différent pour la prise de décision :

  • L’éthique déontologique ; qui met l’accent sur le type d’action plutôt que sur ses conséquences.
  • L’éthique de la vertu ; qui elle se focalise sur le caractère et les motivations de l’agent.

 

La loi de Bayes et son implication dans notre prise de décision

La prise de décision lors de l’évaluation de la vraisemblance (probabilité / fréquence) d’un risque en cartographie

Ce chapitre va nous permettre d’explorer la rationalité de nos décisions. Nous verrons comment nos a priori et la méconnaissance des informations manquantes vont influer sur notre estimation d’une situation et donc sur la décision que nous allons prendre. C’est le genre d’exercice que l’on réalise lorsque l’on doit estimer la probabilité de survenue d’un mode de défaillance lorsque que l’on réalise une cartographie des risques à priori.  Mais avant cela je vous propose d’en découvrir un peu plus sur le révérend Thomas Bayes.

Thomas Bayes est un mathématicien ayant travaillé sur la théorie des probabilités. Il cherchait à déterminer ce que l’on appellerait actuellement la distribution a posteriori de la probabilité d’une loi binomiale. Ses travaux ont été édités en 1763 dans Un essai pour résoudre un problème dans la théorie des risques 1An Essay towards solving a Problem in the Doctrine of Chances – Thomas Bayes – 1763. Pour le coup on voit bien le lien avec notre intérêt à la gestion des risques.

 

Et pour aborder tout cela sous un angle accessible je vous propose de regarder deux vidéos. Elles nous montrent à quel point nos croyances peuvent être erronées et comme il peut être difficile de les réviser. Cela revient à mieux comprendre pourquoi, même avec de la bonne volonté, nous échouons à prendre des décisions rationnelles. Merci Monsieur Phi pour cette vulgarisation qui rend facilement accessible les notions du théorème de Bayes.

 

 

Pour en savoir plus : Wikipedia : théorème de Bayes

 

Cinq questions à se poser pour prendre les bonnes décisions

Je ne vais pas vous faire un copié collé de l’article, je vous invite simplement à suivre le lien pour le consulter. Dans les paragraphes ci-dessous je vais me contenter de faire le lien entre ce qui est proposé et son application dans notre quotidien.

Source : https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2017/07/16185-5-questions-a-se-poser-prendre-bonnes-decisions/

Suis-je assez neutre émotionnellement ?

Ai-je vraiment envie d’être exact ?

Ai-je les ressources nécessaires ?

Suis-je assez informé ?

Suis-je prêt à sortir des normes ?

Expérience de Asch, le conformisme

 

 

Formations gratuites en ligne traitant du sujet de la prise de décision

Décision, complexité et risque

MOOC de l’école normale supérieure sur FUN MOOC

https://www.fun-mooc.fr/courses/ENSDeLyon/14005/session01/about

Du manager au leader agile

MOOC du CNAM sur FUN MOOC

https://www.fun-mooc.fr/courses/CNAM/01002S03/session03/about

Notes et références   [ + ]

0


Laisser une réponse

Ce message a été modifié par Guillaume BILLAUD le 08/01/2018.

  • 8 janvier 2018 à 11 h 56 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 56 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 48 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 39 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 39 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 37 min
  • 8 janvier 2018 à 11 h 28 min
  • 8 janvier 2018 à 10 h 48 min
  • 8 janvier 2018 à 10 h 42 min
  • 8 janvier 2018 à 10 h 39 min
  • 7 janvier 2018 à 18 h 22 min
  • 7 janvier 2018 à 18 h 20 min
  • 7 janvier 2018 à 18 h 20 min [Sauvegarde automatique]
  • 7 janvier 2018 à 18 h 18 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 49 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 48 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 48 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 47 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 36 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 34 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 26 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 20 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 10 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 10 min
  • 7 janvier 2018 à 17 h 08 min
  • 7 janvier 2018 à 16 h 57 min
  • 7 janvier 2018 à 16 h 54 min
  • 4 janvier 2018 à 16 h 23 min
  • 4 janvier 2018 à 16 h 23 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 19 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 18 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 18 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 15 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 12 min
  • 21 octobre 2017 à 22 h 00 min
  • 21 octobre 2017 à 21 h 58 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 42 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 32 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 29 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 27 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 26 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 21 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 17 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 14 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 14 min
  • 21 octobre 2017 à 11 h 13 min
  • 21 octobre 2017 à 10 h 53 min

Cet article a été créé par Guillaume BILLAUD le 21/10/2017.