Articles

Apprendre et enseigner avec les sciences cognitives

Aujourd’hui je vous fait part de mon retour d’expérience sur cette formation proposée par la Direction des Ressources Humaines de l’Armée de Terre sur la plateforme FUN-MOOC. Je ne savais pas à quoi m’attendre précisément en m’inscrivant à la formation car il y a souvent une confusion qui règne entre science cognitive et neuroscience. Sans compter tous les neuromythes qui circulent depuis longtemps et qui sont bien ancrés (exemple : cerveau droit/cerveau gauche). Mais comme nous devons apprendre chaque jour, et qu’en tant que responsable de la qualité et de la gestion des risques associés aux soins je dois également former les professionnels, je n’avais aucun doute sur l’intérêt d’aller suivre cette formation.

Pour rappel, sur fun-mooc cette formation est gratuite et vous permet d’obtenir une attestation de suivi avec succès si vous obtenez plus de 50% aux évaluations.

Qualité des contenus et rythme des cours

La deuxième édition c’est déroulée du 20/12/2017 au 21/02/2018. Les cours sont découpés sur 5 semaines avec évaluations plus 1 semaine avec des cours optionnels. Les deux premières semaine de cours ont été allongées car elles tombaient pendant les vacances de noël, de plus le contenu des deux premières semaines est très dense. Il y a beaucoup de nouveaux concepts à découvrir, un vocabulaire à apprendre, etc. et donc ce temps supplémentaire pour se mettre dans le bain est le bienvenu. D’ailleurs je vous conseil de ne pas vous décourager face à la masse d’informations qui vous sont transmises lors des deux premières semaines de cours car ensuite la formation prend un rythme plus normal.

 

Trois concepts fondamentaux forment la colonne vertébrale de ce MOOC

  1. La mémorisation
  2. La compréhension
  3. L’attention

Ce sont ces trois concepts qui vont guider toute la réflexion sur la manière dont nous pouvons mieux apprendre ou enseigner. Les cours sont a chaque fois richement documentés d’annexes et de références qu’il est conseillé de consulter plus tard pour continuer à enrichir nos connaissances.

 

La mémorisation

La thématique de la mémorisation est abordée d’emblée sous l’angle de l’oubli car il est important de comprendre les mécanismes de l’oubli pour mieux comprendre comment nous mémorisons. Puis vient ensuite le concept de consolidation mnésique basé sur les travaux d’Hermann Ebbinghaus. Comment pouvons-nous amélioration notre mémorisation ?

  • En pratiquant la mémorisation active,
  • En initiant des reprises à rythme expansé,
  • En suggérant la vocalisation,
  • En favorisant le feedback proche,
  • En incitant à oraliser les savoirs, par exemple en les expliquant à d’autres personnes,
  • En fournissant un document comme une fiche de mémorisation,
  • En réalisant pour le groupe ou avec le groupe des cartes question/réponse (flashcards),
  • En mettant en œuvre les techniques proposées par Tony Buzan,
  • En incluant dans les tests des questions sur d’anciens chapitres,
  • En organisant des activités de mémorisation en présentiel.

Vous verrez dans le chapitre ci-dessous quelques outils bien pratiques et faciles à mettre en œuvre pour ça.

 

La compréhension

Faut-il comprendre pour savoir ou savoir pour comprendre ? Une grande partie de la réussite de l’apprentissage repose sur la qualité de la compréhension. L’identification des prérequis, ainsi qu’une bonne stratégie de leur acquisition sont la clé du succès. Par prérequis il est entendu : les mots, les définitions et les concepts qui doivent être connus et seront très utiles pour comprendre et étudier la nouvelle partie. L’acquisition du vocabulaire et le danger que représente la polysémie en français ne doivent pas être négligés.

Comprendre c’est savoir et faire des liens entre les concepts, il faut donc d’abord savoir pour comprendre. L’utilisation de cartes mentales est très utiles pour tester la compréhension.

 

L’attention

C’est le dernier des trois grands piliers de cette formation. Le développement de l’attention est impératif pour :

  • bloquer les distracteurs non opportuns,
  • estomper les pensées émergentes non opportunes,
  • maintenir l’attention sur la durée,
  • sélectionner un élément parmi d’autres,
  • passer rapidement d’une tâche à l’autre,
  • inhiber les impulsions non pertinentes.

Toutes ces capacités sont nécessaires pour apprendre et elles peuvent être développées.

Les distracteurs non opportuns sont des signaux extérieurs qui nous assaillent en permanence et déclenchent des alertes dans le cerveau. Cela peut être un son, une image, n’importe quel signal parvenant à nos sens.

Les pensées émergentes (d’origine interne au cerveau) tendent en permanence à submerger le centre de nos pensées. D’où la nécessité de les dompter, exiger qu’elles attendent ou qu’elles s’effacent.

Une attention soutenue est nécessaire pour accomplir une tâche sans être distrait, et cela parfois sur de longues durées. Vous pouvez vous entrainer sur des périodes de plus en plus longues pour poursuivre sans être distrait l’accomplissent de tâches de plus en plus complexes.

 

Quelques outils pratiques

Anki

C’est un logiciel pour mémorisation à un rythme expansé et personnalisé. Il est gratuit et dispose d’une application mobile ce qui fait que vous pouvez l’emmener partout avec vous. Vous pouvez utiliser des « jeux de cartes » téléchargeable ou créer les vôtres.

Le principe est proche de celui des cartes de question du trivial poursuite à ceci près qu’il n’y a qu’une question par carte. Face visible vous avez une question ouverte à laquelle vous devez répondre (au mieux) et qui correspond à ce que vous voulez retenir. Vous pouvez afficher la réponse quand vous voulez (face cachée) et ensuite vous choisissez votre impression vis à vis de la question : encore, difficile, bon, facile. En fonction de votre réponse, elle vous sera représentée plus ou moins rapidement, de quelques minutes à quelques mois.

logiciel de memorisation anki

Cartes mentales

Elles sont très utiles pour tester notre niveau de compréhension. On peut voir instantanément le nombre de mots clés et de concepts retenus et les liens entre eux. Elles peuvent également servir d’outil de mémorisation très efficace ou de synthèse.

 

Il y a beaucoup d’autres outils présentés pendant la formation. Je ne peux pas les lister tous alors je vous invite à participer à la prochaine session.

 

Restitution sur les formations dispensées en établissement de santé

Cette formation sur les sciences cognitives a été pour moi pleine d’enseignements qui vont pouvoir être mis en pratique rapidement lors des formations que je dispense dans notre établissement.

D’abord avec une meilleure prise en compte de la variable temporelle. On a la chance de disposer des apprenants toute l’année sur le site, on peut donc faire des formations qui s’étalent dans le temps et pas forcément tout concentrer sur une journée ou quelques heures. Ensuite en créant des jeux de carte sur Anki pour gérer les prérequis puis les notions essentielles du cours. Synthétiser les cours en séance avec les apprenants en leur faisant réaliser une carte mentale ou une carte conceptuelle. Et enfin prévoir des temps de mémorisation en présentiel.

Tout ceci prend au final plus de temps ; mais l’intérêt n’est pas d’aller vite, mais bien d’optimiser ce que vont retenir les apprenants. La qualité est toujours plus intéressante que la quantité.

 

Mes résultats à ce MOOC :

Un dernier petit mot pour vous présenter mes résultats à ce mooc. Au final je termine avec un score de 89% et une belle attestation de suivi avec succès.

résultat au mooc apprendre et enseigner avec les sciences cognitives

 

illustration : Designed by Freepik

0

Guillaume BILLAUD

Si vous souhaitez échanger avec moi vous pouvez me contacter sur ce site ou sur Linked In. Les liens sont dans le menu sur la gauche.


Laisser une réponse